Vous êtes ici:   Accueil > Régions du Maroc
 
Nos régions du Maroc
 

Le Maroc est vaste et offre bien des facettes différentes selon la région parcourue. Hors Circuit ne prétend ni tout couvrir, ni tout connaitre. Nous nous sommes ainsi davantage positionnés sur le grand sud marocain, loin des grandes métropoles du nord, plus près du désert si captivant, là où la nature offre encore une multitude de petits coins de paradis et de lieux inédits.

En une semaine de voyage, même en deux, il est impossible de tout voir, sous peine de passer son temps en voiture et de survoler les zones parcourues. Nous vous présentons donc dans cette rubrique les attraits majeurs de chaque région du sud, afin de pouvoir opérer un tri utile lors de la préparation de votre voyage et éventuellement combiner plusieurs sites en un parcours original comme nous aimons tant les concocter.

Villes Impériales

Le circuit des villes impériales au Maroc est réputé. Les amateurs d’architecture et d’histoire ne seront certes pas en reste. Un circuit classique d’une semaine en autocar et en groupe organisé coûte peu cher et offrira un bon aperçu. L’ensemble est ramassé dans un trapèze englobant Rabat et Casablanca à l’ouest et sur la côte, Fès et Meknès plus à l’intérieur du pays et enfin Marrakech au sud. La découverte des différentes médinas est complétée par la visite du site romain de Volubilis et une agréable traversée des basses montagnes du Moyen Atlas.

L’avis de Hors Circuit : Il est tentant de réaliser la « totale », avec au terme l’impression d’avoir vu tout ce qu’il y avait de plus important à voir au Maroc. A notre sens, c’est une grave erreur d’appréciation. Notre expérience montre qu’au terme d’une dizaine de visites et de deux villes, on en a plus qu’assez ! Déambuler au pas de charge dans les centres-ville sous les sollicitations continuelles de marchands et rabatteurs est harassant physiquement et moralement. Les visites guidées, souvent fort instructives, ne laissent que peu de temps au repos, à la contemplation et à la méditation comme le permettrait par exemple la médersa Ben Youssef à Marrakech.   

Et si l’on peut dire que, sur le plan touristique, la richesse du Maroc se trouve dans ses villes, l’âme du pays se situe bien ailleurs, au creux des montagnes et au fin fond du désert que vous ne pourrez probablement pas inclure dans votre programme de voyage.

On revient toujours au Maroc, gardez-en donc pour après. Offrez-vous la visite d’une seule ville impériale et partez découvrir l’arrière-pays ensuite, loin des hordes !

Si vous tenez à effectuer le circuit des villes impériales, voici notre conseil, si toutefois votre portefeuille vous le permet. Voyagez en individuel, en couple ou en famille avec Hors Circuit, mais surtout pas en groupe organisé. Allégez vos journées, en consacrant les matinées aux visites, la première partie de l’après-midi à la détente et au repos et la fin d’après-midi aux souks et aux curiosités. En voyageant de la sorte en exclusivité, vous bénéficierez d’un programme de visites  à la carte et flexible : vous choisissez ce que vous voulez voir, comment vous voulez le voir (avec guide ou non), et sur combien de temps. Tâchez aussi de passer plusieurs nuits dans un même endroit, pour ne pas avoir la désagréable impression d’être toujours en transit et en lutte avec la montre…

Essaouira

L’ancienne Mogador n’a rien perdu de son charme. A cheval sur les flots, la ville enserre en ses remparts un agréable port et une fort plaisante médina. On est loin du trépignement et de la pollution de Marrakech. Et c’est précisément là qu’il faut pouvoir savoir flâner et ne rien faire, vivre au ralenti. Une tripotée d’hébergements de tous types, de belles grandes plages, des terrasses ombragées, de bons restaurants de poissons, voilà tout le mal que je vous souhaite !

L’arrière-pays offre peu d’intérêt, si ce ne sont sa quiétude, ses arganeraies et ses petites routes scéniques.

Si Marrakech fait partie de votre périple, il est judicieux d’inclure Marrakech dans une boucle menant ensuite à Agadir et Taroudant, en passant, pourquoi pas, par les petites routes côtières et les plages peu fréquentées qui s’étendent au sud de Essaouira jusque Agadir.

L’avis de Hors Circuit : S’il fallait choisir une seule ville, ce serait celle-là ! Une ville étape à l’arrivée au Maroc, en alternative ou en complément à Marrakech, avant de poursuivre vers les grand sud.

Haut Atlas Occidental

S’étendant entre Agadir, Imi-n-Tanoute, la route du Tizi n’Test et Taroudant, le Haut Atlas Occidental offre une expérience de montagne originale, une vie berbère encore authentique et de somptueux panoramas hors des sentiers battus à qui sait prendre le temps. La région est dédaignée par les agences, peu commentée dans les guides et mal connue de beaucoup. Culminant tout de même à près de 3500 m au Jebel Aoulime et au Jebel Tichka, les vallées fort encaissées abritent de nombreux villages berbères reculés dont le mode de vie a  encore si peu changé. L’omniprésence de l’eau favorise l’essor de nombreuses essences, depuis l’olivier, l’arganier et le caroubier, en passant par l’amandier puis le noyer et enfin le chêne. Certains itinéraires sur piste sur le versant nord, du côté de Talmakant, traversent des villages où le tourisme est totalement inconnu. Souvent des cascades et des torrents offrent d’agréables buts de randonnée, à moins de tenter de façon plus sportive l’ascension jusqu’au plateau sauvage de Tichka.

L’avis de Hors Circuit : Un coup de cœur, à tel point que Hors Circuit y a développé une maison d’hôtes, Les Terrasses de l’Atlas, dans une ancienne demeure berbère traditionnelle en pisé ! Un petit coin de paradis, pour s’en mettre plein les yeux, déconnecter immédiatement dès la sortie de l’avion et randonner à gogo quel que soit le niveau.

Vallée du Sous

Au pied des versants sud du Haut Atlas occidental, s’étale la fertile Vallée du Sous, avec ses nombreuses serres de bananes et cultures maraichères, ses arganiers sur les coteaux. D’Agadir, capitale des hôtels-clubs, à Taliouine, capitale du safran, la Vallée du Sous est un axe d’accès privilégié pour rejoindre plus à l’Est Ouarzazate, la Vallée du Drâa puis le désert de l’erg Chegaga, pour s’aventurer dans les vallées berbères peu fréquentées du Haut Atlas occidental, pour découvrir les paysages lunaires du Jebel Siroua plus loin, pour arpenter l’Anti-Atlas au sud.

Dans la Vallée, Taroudant constitue une agréable alternative à Marrakech comme médina et ville fortifiée. La floraison de riads permet de faire de cette ville l’étape à l’arrivée et au départ, à à peine quarante minutes de l’aéroport d’Almassira à Agadir. Tiznit, avec ses bijoux en argent, est un autre exemple de petite ville fortifiée paisible.

Dans la plaine, plusieurs excursions au départ de Taroudant, notamment organisées par Hors Circuit, permettent de se promener dans des oasis, des gorges, jusqu’à des cascades, de visiter des agadirs, etc. Du côté de Agadir, des excursions plus touristiques conduisent aux cascades d’Imouzzer, en passant par des vallées et des gorges fort scéniques. Au départ de Tiznit, l’ancien souk de Aarba Ait Ahmed et son plan de baignade mérite un détour, de même que la côte atlantique sauvage entre le Parc National de Massa et Aglou Plage, puis les plages aux alentours de Mirleft avec notamment les arches naturelles de Legzira.

Deux axes majeurs permettent de traverser la partie occidentale du Haut Atlas et de rejoindre Marrakech : la nouvelle autoroute d’Agadir à Marrakech passant par Argana et Imi-n-Tanoute et l’étroite route panoramique toute en lacets passant par le col du Tizi n’Test et Asni.

L’avis de Hors Circuit : Au tumulte de Marrakech, nous préférons de loin l’aéroport d’Agadir comme lieu d’entrée au Maroc du sud, avec Taroudant comme ville étape. De même nous privilégions les montagnes du Haut Atlas occidental ainsi que le Jebel Siroua à la région plus courue du Toubkal. Avant de pousser plus au sud vers la Plage Blanche, le Sahara, l’Anti-Atlas ou l’erg Chegaga.

Anti-Atlas

Par-delà le Haut Atlas, puis la Vallée du Sous qui borde son versant occidental au sud, s’étire la chaîne montagneuse de l’Anti-Atlas, qui culmine à 2350 m d’altitude et qui offre une grande diversité de paysages spectaculaires. La région est empreinte d’une grande tranquillité. Les grands espaces, les rudes montagnes et une nature austère ont par ailleurs contribué à forger le sens de l’hospitalité légendaire des habitants. Dotées d’une identité culturelle très spécifique, les communautés berbères ‘chleuh’et les semi-nomades du désert forment ici la majorité de la population. L’Anti-Atlas ne fut pacifié que dans les années 1930, par les Français.

Avec Tafraoute pour centre principal, l’Anti-Atlas diffère fortement selon le versant.

Côté nord, les pentes des montagnes sont fort peu arrosées de pluies et l’irrigation y est difficile. On y trouvera essentiellement des arganiers, des cactées, des amandiers et de l’orge pour principale culture. La vie quotidienne est rude. Entre Tafraoute et Igherm, on peut visiter plusieurs agadirs (greniers collectifs fortifiés) impressionnants, encore en bon état et construits sur plusieurs étages. Ils constituent la principale architecture typique, à ne pas manquer. De nombreuses petites routes sinueuses et vertigineuses, souvent nouvelles, permettent de partir à l’assaut du versant nord, en passant par de fréquents points de vue panoramiques. Citons notamment les itinéraires suivants :
-    la route du col du Kerdous au départ de Tiznit
-    la route principale via Aït Baha, avec notamment la kasbah rénovée de Tizourgane
-    la nouvelle route alternative à la précédente passant par Lezzit et Tanalt
-    la nouvelle route passant par Souk-Tnine-Toufelazt