Vous êtes ici:   Accueil > Notre magazine > Toujours plus Hors Circuit, au cœur du Sahara !...
 
Notre magazine
 
Toujours plus Hors Circuit, au cœur du Sahara !
Numéro 29 – décembre 2010   

Qu'il s'agisse des intempéries exceptionnelles qui ont à nouveau dévasté nos montagnes et obligé à une sacrée gymnastique d'organisation pour adapter les séjours prévus à notre auberge berbère d'Afensou, qu'il s'agisse des recrutements et désistements à la pelle dans notre équipe...

Introduction

Quel trimestre, mes aïeux !

Qu'il s'agisse des intempéries exceptionnelles qui ont à nouveau dévasté nos montagnes et obligé à une sacrée gymnastique d'organisation pour adapter les séjours prévus à notre auberge berbère d'Afensou, qu'il s'agisse des recrutements et désistements à la pelle dans notre équipe, qu'il s'agisse des circuits qui se sont multipliés par le bouche à oreille, qu'il s'agisse de l'émeute quasi insurrectionnelle qui a frappé Laâyoune juste au moment où nous nous y trouvions, qu'il s'agisse de notre nouvelle folle épopée dans le Sahara que nous allons ici vous conter... l'on peut dire que ces derniers mois ont été chauds !

Une nouvelle page vient encore d'être écrite et l'heure en cette fin d'année est aussi au bilan. Voyons tout cela ensemble.

Sous les feux de l’écran !

Pendant cinq ans, j'en aurais rêvé ! J'aurais fait des pieds et des mains pour y arriver ! Reconnaissance et gloire arrivent quand on n'en a plus besoin ! Foutue injustice... Ce reportage nous est tombé du ciel sans crier gare et sans le moindre effort. Probablement grâce à la qualité de notre référencement sur internet, nous voilà contactés par la rédaction de 2M, la TV et la radio en vogue au Maroc pour tourner un documentaire sur notre région et notre maison d'hôtes !

L'équipe de tournage séjournera aux Terrasses de l'Atlas durant trois jours, monopolisant toute notre énergie pour constituer un scénario crédible et un film attractif.

Certes cette pellicule ne sera pas diffusée en Europe, mais tout de même la cible n'est pas inintéressante puisqu'étant principalement le résident européen aisé au Maroc.

A défaut, cela restera une chouette expérience télévisuelle et une vidéo inattendue pour animer notre site web (encore faudrait-il que les promesses de la chaine soient tenues...).

A visionner (si toujours en ligne sur le site de 2M) sur : http://www.2m.ma/Programmes/Magazines/Decouverte/Toubkal/Toubkal-Vendredi-26-Novembre

Notre nouveau cuisinier : Youssouf

Celui-là, on est allé le débaucher sur son lieu de travail, dans l'un de nos hébergements favoris de la côte atlantique, une auberge sur la plage à Legzira. Rien de tel que pour vérifier la marchandise !

Youssouf a fait des études d'hôtellerie à Agadir et nous a immédiatement bien plu dans sa façon méthodique de travailler et sa prise en charge totale du client. Originaire de Guelmim et berbère, Youssouf s'est immédiatement montré de bonne composition et désireux de bien faire. Il se débrouille correctement en français et assure bien en cas d'affluence.

Pourvu que ça dure !

Yamina et Yohann, en séjour à Afensou, écrivent

« Bonsoir Luc, merci pour l'authenticité de ce séjour et l'accueil que vous nous avez réservé. Hafida, Mohamed et Youssouf on été formidables et le séjour à la hauteur de nos attentes. Nous vous joignons quelques magnifiques photos prises lors de nos randonnées. Bonne continuation à vous et à une prochaine fois inch'allah... »

Tempête sur Afensou !

Alors que l'ancienne chambre de Hafida s'est effondrée dans sa maison natale, notre auberge n'a pratiquement pas bronché lors des dernières intempéries qui ont a nouveau cassé le pont de Afensou, détruit la route goudronnée d'accès dans la montagne et à nouveau isolé notre village plusieurs jours durant.

Il faut dire que nous avons renforcé considérablement le système d'écoulement des eaux de pluie autour de la maison, cimenté des murs et même réintégré des armatures et fondations en béton armé dans les vieux murs de notre maison de terre et de pierre, comme on peut le voir sur la photo.

A force d'expériences de ce genre, notre logistique s'est aussi améliorée, en veillant à garder un 4x4 de chaque côté de la route et de l'oued, avec le groupe électrogène pour assurer l'alimentation des congélateurs et grâce à notre petite équipe capable d'aller remettre rapidement en état un bout de piste ou un accotement instable.

Cette année, de façon exceptionnelle, l'oued n'aura quasiment pas désempli et le grondement du torrent reste encore impressionnant. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les versants des montagnes sont verdoyants et les récoltes d'orge abondantes.

Hélène et les garçons

Les gérants du Palais Oumensour de Taroudant se sont évadés chez nous, aux Terrasses de l'Atlas, le temps d'un week-end aventure concocté sur mesure.

Les hommes sont arrivés la veille pour aller crapahuter dans la haute montagne et bivouaquer sous les noyers. Ces dames sont arrivées le lendemain pour profiter de notre cuisine gastronomique et des balades plus tranquilles et tout aussi dépaysantes dans les environs immédiats de la maison.

« Merci pour ses deux journées, tout le monde était ravi ! »

Notre nouveau Camp Bédouin !

Il faut vraiment avoir pété un plomb ! Pourtant, c'est plus fort que moi, cet endroit m'a toujours littéralement aspiré et inspiré...

Luc Requilé et Martine vendent leur camping Le Roi Bédouin près de Laâyoune, dans le Sahara Occidental. Le moment de la retraite est venu pour eux et dix ans de bons services les incitent à remettre les clés. Mais à qui ?

Certes le camping est réputé. Présent et bien coté dans des guides comme le Routard et le Petit Futé, le Roi Bédouin fascine par sa situation au bon milieu de nulle part, au bord d'une dépression salée, à proximité immédiate des dunes de sable. Etape incontournable des baroudeurs en chemin pour ou sur le retour d'Afrique de l'Ouest, l'endroit est bien connu et apprécié pour ses originales tentes caïdales en dur avec fenêtre panoramique, ainsi que pour son tajine de dromadaire aux dattes.

Pourtant, l'insécurité récente en Mauritanie a quelque peu amoindri la fréquentation, rendant l'entreprise peu sûre. Comme toujours, l'environnement administratif reste précaire. On nage en plein continent africain, avec son lot d'approximation, d'incertitude et d'inefficacité.

Flash back. « A 40 ans, avec femme et enfant, Luc (moi !) acquiert un Land Rover Defender 130 avec cellule amovible et part un an et demi dans différents coins du globe, avec notamment un long circuit en Afrique de l'Ouest. Au sortir de l'austère Mauritanie et de son désert, il s'arrête au premier hébergement tenu par un Européen dans l'extrême sud marocain, histoire de se requinquer. Il dort ainsi dans une tente caïdale du Camping Le Roi Bédouin tenu par deux Belges comme lui, Luc, comme lui, et Martine. Il est fasciné par la vue immense sur le lac salé depuis la fenêtre inédite de la tente, se laisse à rêver pouvoir un jour y revenir plus longuement pour lire ou écrire un livre... Quelques années plus tard, Luc a développé au Maroc sa société Hors Circuit, par laquelle il propose des circuits aventure en 4x4. Son tracé préféré devient celui intitulé ‘Merveilles du Sahara Occidental', dans lequel le point le plus méridional se trouve être... le Camping Le Roi Bédouin de Luc et Martine près de Laâyoune. A force d'arpenter les zones désertiques du sud, Luc se met cette fois à imaginer, sans y croire le moindre moment, de monter un bivouac dans le désert. Une oasis au pied des Monts M'Douar avant l'Erg Chegaga lui en a donné l'envie, tout en sachant que sur le plan administratif, ce projet est inconcevable pour un Européen (sauf à y laisser sa dernière énergie) ! Et comme par hasard voilà que le bruit court jusqu'à ses oreilles que Luc et Martine veulent, depuis un certain temps déjà, céder leur camping. Il leur fallait juste trouver un homme aussi fou qu'eux pour se lancer dans une telle activité, si loin de tout. Le cheminement dans la tête de Luc ne fut pas long, il y a vu un appel du destin et une activité parfaitement complémentaire à celles déjà existantes. En outre totalement Hors Circuit. »

Mû par je ne sais quelle puissance occulte, je me rends donc en ce début du mois de novembre dans l'ancien Sahara espagnol pour entamer le processus de reprise du camping. Pas de bol, c'est juste la semaine où des émeutes violentes secouent pour la première fois de son histoire la ville de Laâyoune ! Je parviens à m'enfuir du centre urbain juste au début des hostilités et sous la menace d'un jeune sahraoui dissmulé derrière un foulard et brandissant une brique peu amicale ... Kamal, lui, devra proclamer ‘vive le roi' pour ne pas se faire lapider par une bande armée.

Le lendemain, de retour en ville pour persévérer dans ma quête de divers papiers officiels, je fais l'objet d'une interpellation de quatre heures par les Renseignements Généraux, soupçonné d'espionnage par des autorités locales à bout de nerf. Mon gps ne leur revenait pas...

Allez comprendre ! Le jour suivant, je donnerai mon accord pour le rachat du camping. Esprit de contradiction ? Ténacité exacerbée ? Folie incurable ? Affublez-moi de toutes les tares, c'est trop tard, c'est fait !

Entre-temps, à Laâyoune, le calme est revenu fort logiquement et certainement pour fort longtemps. Nous avons rebaptisé le camping « Camp Bédouin » et avons entamé travaux de réfection et d'agrandissement. On y croit !

Hors Circuit dispose désormais d'un hébergement original dans les montagnes du Haut Atlas avec notre auberge berbère Les Terrasses de l'Atlas, d'un camp tout aussi inédit dans le Sahara Occidental, dénommé désormais Le Camp Bédouin, et de 4x4 permettant de relier l'un et l'autre et de sortir entre les deux des sentiers battus. Il y a finalement une certaine logique dans toute cette folie ! Non ?

Sur tous les fronts !

Si la reprise de ce camp va monopoliser la majeure partie de mon énergie et de mon attention, il est hors de question de laisser tomber les circuits et l'exploitation de notre auberge berbère ! On est donc repartis pour recruter à tour de bras. Cette fois, on ne m'y reprendra pas, engageons plus que de raison pour demain ne pas être pris au dépourvu !

S'il y a une réelle complémentarité entre le Camp et nos activités précédentes, le business est tout de même assez différent. Il s'agit là de clients de passage, disposant de tout leur matériel de camping la plupart du temps et assez regardants quant à leur budget. Rien à voir avec nos hôtes en circuit ou à Afensou ! Là est le challenge : de parvenir à réitérer le modeste succès de notre auberge en attirant une clientèle européenne moins baroudeuse, pour venir passer des vacances dans le Sahara occidental, plutôt que dans d'autres déserts moins typiques, plus restreints et bien davantage touristiques.

Notre nouveau site internet propre au Camp est prêt et quasiment complet : allez jeter un œil sur www.camp-bedouin-maroc.com !

Ma sœur Paule a la première, en sa qualité de pionnière attitrée de Hors Circuit, inauguré un accès direct par avion à notre Camp ! Partie de Bruxelles (aussi faisable de Paris), elle a pris un vol Royal Air Maroc sur Casablanca puis après une courte escale un vol d'une heure trente pour Lâayoune. Trente minutes plus tard, elle se retrouvait dans le désert dans l'une de nos tentes bédouines ! Voilà une formule à retenir pour gagner un maximum de temps de trajet durant ses vacances et bien profiter du désert...

Ils se suivent… et se ressemblent !

Lever le pied ? Mouais, mais on ne se refait pas ! Relisez les numéros précédents de ce magazine et prenez-moi... facilement en défaut ! J'avais décidé de réduire la voilure suite à bien des déboires et désillusions au niveau des ressources humaines recrutées dans notre entreprise Hors Circuit.

Ne voilà-t-il pas que je replonge, avec mon insatiable volonté de créer, de développer. Mais est-ce réellement de cela qu'il s'agit ? Pas si sûr... M'est d'avis que ce qui m'attire, c'est toujours plus de ... comment dire ? de hors circuit ? Et aussi de pouvoir partager cette vision, cette passion, cette conviction avec les autres. Ma femme Hafida n'est pas en reste pour adhérer à cette démarche de chercher toujours plus d'authenticité, toujours plus de nature, toujours plus d'isolement. Clé de la tranquillité ? Porte pour le bonheur ? L'avenir nous le dira.

Toujours est-il que nous voilà partis pour une nouvelle aventure, qu'on aurait bien eu du mal à prédire à peine deux mois plus tôt. Depuis que je suis au Maroc, le destin me pousse inéluctablement dans bien d'étranges directions inédites. Ou alors est-ce moi qui me projette, sans m'en rendre compte, là où j'aspire aller au plus profond de moi-même ? Tout cela est bien troublant...

Et pourtant, les problèmes de personnel se suivent à une cadence infernale...

Lorsque Youssouf est arrivé au Camp dans le Sahara, le temps était humide, austère et à la pluie. L'état de quasi abandon des lieux, l'hébergement sommaire de l'équipe sous tente, l'absence de clients et l'impossibilité d'exercer sa profession tant que l'ancien propriétaire des lieux officiait encore... : tout cela n'a pas aidé. Trois jours plus tard, il voulait démissionner.

Abdou, une connaissance de longue date qui tenait un magasin à Taroudant n'a pas résisté plus d'une semaine : soi-disant souffrant de rhumatismes, il s'est éclipsé sans dire au revoir et sans demander son reste, en dépit de notre relation ancienne.

Hassan et un autre dont j'ai déjà oublié le nom n'ont guère duré plus d'un mois : je les ai remerciés. Trop de protestations, trop de revendications, pas assez de qualifications, peu d'envie de bien travailler. Ces jeunes veulent tout sans rien donner. Salam alekoum !

Que dire de Tarik ? Un serveur très sympa et travailleur, que je connaissais depuis un bon bout de temps. Il a donné entière satisfaction à Afensou jusqu'au jour où mon beau-père le prendra sur le fait : il piquait des bouteilles de vin !

Suivant ! Un autre Hassan. Un Sahraoui cette fois. Sans qualification d'autre qu'un permis de conduire. Je n'ai même pas eu le temps de tester sa conduite. Au bout d'une semaine, monsieur trouvait que le travail était trop pénible et pas assez bien payé. Il voulait uniquement piloter et guider notre clientèle ! On m'avait prévenu : la plupart des Sahraouis sont devenus des assistés sociaux qui n'ont jamais connu le travail, autre que celui de garder les troupeaux de dromadaires.

Nous avons même dû nous séparer du frère aîné de Hafida, mal parti dans la vie et que malgré toute notre bonne volonté nous ne sommes pas parvenus à remettre dans le droit chemin. A cause de cet échec, Kamal s'est senti responsable, honteux de l'avoir dénoncé. Et a voulu à son tour donner sa démission.

Pour un oui, pour un non, on s'en va, on change de boulot. Le travail, tellement recherché, semble n'avoir aucune valeur et ne mériter aucun effort.

Kamal s'est ravisé et Youssouf a persévéré, fort heureusement.

Le noyau dur Luc - Hafida - Morad - Abdullah demeure, contre vents et tempêtes... Et nos liens de partenariat avec Christelle de Agadir (Tamazirt Evasion) et Claudie de Ouarzazate (Berbère Evasion) du coup se fortifient !

Voici le feed-back de Patricia, qui tient une nouvelle maison d'hôtes à Taroudant et nous a confié l'organisation d'un circuit dans le désert pour un groupe de huit amis : «... je prends un peu de temps pour te redire que tu travailles avec des gens très sympathiques et très compétents. Patricia »

Participation des Martinon au livre d’or de Hors Circuit

« Bonjour Luc, félicitations pour l'ensemble de la prestation ! Toute la famille a été enchantée et ravie de cette incursion dans le Sud Marocain. Le parcours était bien équilibré et varié, les étapes agréables et à la hauteur de nos espérances en termes de dépaysement et de tranquillité.

Deux mentions palmes d'or : l'une pour votre remarquable organisation (trajet, menus, logistique, flexibilité) et pour le choix des véhicules (les filles ont adoré le coté baroudeur et rustique du Defender), l'autre pour Kamal qui a grandement contribué au parfait déroulement de ce voyage. Chauffeur prudent et avec qui on se sent parfaitement en confiance, guide efficace mais jamais "pesant" et toujours à l'écoute de nos desiderata, cuisinier "de brousse" trois étoiles... et partageant ses recettes ! Encore tous nos remerciements pour sa présence attentionnée et amicale.

En bref, vous comptez 4 nouveaux fans de Hors Circuit. Bien cordialement, la famille Martinon. »

Voici quelques-unes de leurs photos.

La vie au Camp Bédouin

C'est au pas de charge que nous avons dû apprendre tout, depuis zéro. L'installation électrique sophistiquée, la production d'eau chaude, le réseau de canalisations, les lieux d'approvisionnement, la préparation des différentes spécialités culinaires, et j'en passe. Avant que Luc et Martine ne quittent définitivement le pays.

Au Camp, nous disposons comme espace de vie privé de deux vastes chambres, attenantes à la cuisine et aux réserves. Nous comptons en transformer une sous peu en chambre d'hôtes.

En raison d'une installation écologique, l'électricité est précieuse. Nous n'utilisons ni micro-onde ni cafetière, le frigo est au gaz, les ampoules sont toutes de type économique et l'on chauffe l'eau sur le gaz pour l'ajouter au programme à froid du lave-linge ! Des panneaux solaires, une éolienne, trois générateurs d'appoint, un local technique infernal doivent assurer l'alimentation. Je me débats avec des chargeurs, une éolienne capricieuse, des batteries aux connections encrassées, tout en veillant à ne pas me tromper de polarité, ou de de choix entre le 12 V, le 24 V, le 48 V et le 220 V qui cohabitent allègrement ensemble dans le coin.

L'eau potable est également précieuse, puisque acheminée en cuve par remorque depuis un village voisin alors que l'eau de source, légèrement salée et en quantité illimitée, est utilisée pour la vaisselle et les douches.

Tout au long de la journée, l'on surveille le niveau des batteries et l'on jongle avec les installations et les différents appareils pour maintenir le tout en opération. En règle générale, la matinée est consacrée soit aux emplettes à la ville de Laâyoune, soit aux préparations à l'avance des plats, comme le tajine de chameau aux dattes, le fromage de notre chèvre Maguette, le foie gras à base de poulet, la marinade de filet de dromadaire pour nos brochettes, le poulet à l'orange, les desserts maison, les galettes de pain. Aux recettes à succès de Martine, nous avons ajouté des hits berbères d'Afensou.

Le midi, pendant la sieste de bébé Haicham, nous aimons aller pique-niquer en organisant en amoureux un barbecue de dromadaire dans les petites dunes de sable au pied de la cascade et face à l'immense lac salé.

Durant l'après-midi, nous remettons en état le camping : nettoyage du terrain, nouvelle peinture sur les murs, changement des décorations usées des tentes bédouines, meilleur balisage de la piste d'accès, etc.

Puis les voyageurs commencent à débarquer souvent fin d'après-midi. On ne sait jamais combien ils seront, peu réservant à l'avance. Tiens, l'autre soir, outre un groupe de 25 voitures / 50 participants d'un raid humanitaire qui avaient réservé, on a régalé une quinzaine de convives se déplaçant en camping cars plus une dizaine de clients individuels divers. Avec notre équipe plus conséquente, nous avons pu assurer sans problème.

De l'hiver et des pluies diluviennes dans le reste du pays ou en Europe, nous n'avons connu que quelques journées nuageuses et venteuses, puis une longue nuit de pluie qui a transformé le petit filet habituel de la cascade en chutes du genre Niagara. La température la journée est le plus souvent au-delà des vingt degrés et le bain de soleil quotidien regénérateur.

Et quand nos longues journées bien remplies le permettent, j'enfourche mon quad et vais m'amuser dans les dunes toutes proches au coucher du soleil. Des employés des Nations Unies basés à Lâayoune ont d'ailleurs trouvé le filon et commencent à venir louer notre engin pour de folles balades dans le désert.

Pendant ce temps-là, nos circuits continuent à être vendus et réalisés et notre maison d'hôtes à Afensou continue à recevoir de la clientèle. Vous vous demandez comment je fais ? Je n'en sais plus trop rien moi-même : de la planification à trois mois, je suis passé à celle des urgences à trois jours !

L’avis de récidivistes

Les Lénard et leurs amis les Rivet en étaient à leur deuxième voyage au Maroc cette année avec Hors Circuit. Après les dunes de Merzouga en début d'année, on leur a fait cette fois-ci goûter aux paysages de l'Anti-Atlas et de la Plage Blanche. Ils ont aussi pu déguster les conséquences des violentes pluies qui se sont abattues en montagne...

« Bonjour Luc, nous sommes rentrés à notre domicile hier soir mardi 21 comme prévu.Je tiens à te remercier sincèrement ainsi qu'Hafida ,son papa, votre nouveau cuisinier et le village d'Afensou qui nous ont permis de franchir les oueds débordants et ponts cassés. Nous regrettons de n'avoir pu bénéficier de la fin de notre programme : je rêvais du hammam ,du pain d'Hafida ,du couscous et des balades dans vos montagnes du Haut Atlas. Je pense que la décision d'évacuation prise par vous a été la bonne ! Voici les conclusions de notre séjour. Legzira : parfait ,à recommander. Fort bou Jerif sous tente berbère : très bonne expérience,très bonne restauration, pique-nique trop cher, très bon accueil par les serveurs. Auberge ‘On dirait le Sud' à Amtoudi : très bon accueil de Abdou et Abdullah , restauration satisfaisante ; par contre, hébergement froid et sanitaires à refaire (à cause d'une fuite d'eau, semble-t-il). Maison Traditionnelle à Oumesnat : parfait à conseiller, que ce soient l'accueil de Rachid, la restauration, les chambres, les paysages. Nous y retournerons ! Afensou : accueil parfait, restauration plus que parfaite (le tajine poisson et le tajine viande courgettes au thym sauvage étaient excellents),les chambres très agréables. Malheureusement je n'ai même pas pu profiter du petit déjeuner berbère, étant obligés de partir en raison du mauvais temps. Chez Chris à Taroudant : bon accueil, bon service, mais repas cher (bien pour une nuit sans restauration). Nous avons découvert des régions merveilleuses dans l'isolement touristique, ce qui nous convient parfaitement. Votre chauffeur Brahim a eu une conduite impeccable et est très apprécié de nous tous. Mes amis voulaient voir Marrakech : c'était la raison de notre retour sur cette ville mais ils ont été déçus par cette ambiance d'argent et d'arnaque. Donc, un très bon séjour ! Nous pensons faire appel à tes services lors d'un prochain séjour et te recommandons par ailleurs à des amis pour mai 2011. Encore merci à Hafida qui était très inquiète pour nous et son papa qui devait être fatigué. Hafida devrait apprendre à se servir d'internet car je serais heureuse de lui écrire . Transmets toute notre sincère amitié à ta famille. Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année. A l'année prochaine , INCH ALLAH ! »

« Bonjour Hafida et Luc, suite au beau voyage que nous avons fait dans le sud du Maroc avec Marie-Agnes et Alain Lénard nous tenons à vous remercier pour l'organisation. Brahïm et son 4x4 ont été parfaits. Les paysages, les palmeraies, les villes,le désert sont magnifiques. Tous les hébergements et la nourriture étaient bien, sauf les douches collectives forcées de Amtoudi. L'aventure imprévue d'Afensou a mis du piment supplémentaire à notre voyage et avec le recul nous en gardons un bon souvenir. Nous remercions toute l'équipe de Hors Circuit du travail et de la prestation que vous nous avez fournis et particulièrement Hafida, son papa le cuisinier et le chauffeur. Merci et Meilleurs Vœux pour 2011. »

Le bilan 2010

On ne va pas se plaindre ! Malgré les nombreuses intempéries qui ont bouleversé un bon nombre de circuits, les grèves aux aéroports en France, le nuage islandais et les nouvelles crises financières ici et là en Europe, notre objectif le plus optimiste a été largement dépassé, avec une progression de notre marge brute de + 54% par rapport à 2009. Et enfin un bénéfice net digne de ce nom !

Malgré le ballet des employés de nos sociétés, la consolidation de la flotte à désormais cinq 4x4, la meilleure utilisation de nos partenaires, la relative fiabilité de notre chauffeur Kamal ont permis de désormais gérer jusqu'à cinq circuits de front en même temps. Le développement personnel d'Hafida et de Morad, auquel s'ajoute le soutien désormais quasi permanent d'un cuisinier, assurent par ailleurs le maintien de l'activité de maison d'hôtes à Afensou et me permettent de davantage déléguer de nombreuses tâches.

Merci à eux, merci à vous de faire le succès de Hors Circuit.

Les enjeux de 2011

Le premier enjeu sera d'assurer le bon fonctionnement de notre nouveau Camp. D'une part en formant le personnel à toutes les tâches qui me sont encore propres comme la préparation de la plupart des spécialités culinaires, les courses et formalités à Laâyoune et la gestion technique du Camp. D'autre part en contrôlant mieux les difficultés techniques de l'installation électrique qui requièrent ma présence permanente et me pompent beaucoup de temps et d'énergie, c'est le cas de le dire. J'envisage une expédition dans le sud de la Mauritanie pour aller y acheter un grand congélateur au gaz, qui résoudrait le plus gros de nos problèmes d'alimentation.

Le deuxième sera sur un plan personnel de dégager suffisamment de temps pour maitriser l'ensemble du travail administratif (développement des sites internet, rédaction d'offres, préparation logistique des circuits, etc.), me laisser du temps pour souffler et parvenir à trouver un équilibre de vie entre Afensou et Daoura.

La priorité cette année consistera à entamer le redéploiement du camping, tant au niveau de l'infrastructure (mise en place d'une chambre d'hôtes, tentes bédouines plus confortables, espaces de camping accrus, développement de la signalisation du camping, etc.), que du marketing (recherche de clients de plus longue durée, développement des activités sur place, finition du nouveau site web, traduction et référencement). La notoriété est acquise sans conteste, la qualité a été d'ores et déjà maintenue et renforcée.

Au niveau des investissements, il est clair qu'on va un peu se calmer mais l'on parle tout de même de l'achat d'un second quad, de deux dromadaires et de deux chèvres en plus. Autant d'occasions qui ne manqueront pas à coup sûr de générer bien des anecdotes croustillantes pour ce magazine !

Depuis le Sahara, je vous souhaite une heureuse année 2011, au nom de toute notre équipe.

Luc