Vous êtes ici:   Accueil > Notre magazine > Meilleure année !...
 
Notre magazine
 
Meilleure année !
Numéro 48 – décembre 2015  

Vous qui avez peut-être subi cette année des difficultés d'ordre personnel ou professionnel, qui avez probablement été marqué par les actes de terrorisme perpétrés, qui souffrez vraisemblablement de la réduction du pouvoir d'achat, je vous souhaite vivement une bien meilleure année 2016.

Meilleure année

Vous qui avez peut-être subi cette année des difficultés d'ordre personnel ou professionnel, qui avez probablement été marqué par les actes de terrorisme perpétrés, qui souffrez vraisemblablement de la réduction du pouvoir d'achat, je vous souhaite vivement une bien meilleure année 2016.

En ce qui nous concerne, c'est reparti pour un tour ! Un deuxième voyage en Europe pour proposer notre gastronomie berbère à domicile et promouvoir nos activités touristiques marocaines qui en ont bien besoin par ces temps d'incertitude et de marasme.

Pour l'organisation d'un repas berbère de dégustation, notez bien nos prochaines dates de voyage en Europe : de la mi-juin à la mi-septembre 2016.

Sauve qui peut

Mi-novembre. Le raid humanitaire Dresden-Dakar-Banjul vient juste de quitter notre Camp Bédouin pour se diriger vers la Mauritanie : nous nous mettons en route dans le sens contraire vers Tanger, à bord de notre camping-car surchargé d'épices et de produits locaux.

Quelle consternation lorsque nous avons allumé notre poste radio à bord. Paris est en feu, Paris est en guerre, Paris est en deuil. Avec pour impact inéluctable à redouter à notre niveau un nouvel arrêt du tourisme au Maroc, alors qu'on se remettait à peine d'une année de crise après la décapitation en Algérie et les meurtres à Charlie Hebdo.

A la frontière espagnole dans l'enclave de Ceuta, c'est plutôt l'ébahissement : tandis que je m'attendais à passer la douane en un clin d'œil en cette saison morte, une file ne semblant pas finir s'est formée, regroupant des centaines de voitures de familles marocaines soucieuses de regagner la France au plus vite avant la fermeture crainte de l'hexagone.

Curieusement notre véhicule immatriculé au Maroc n'attirera guère la suspicion des douaniers tant espagnols que français. Et malgré l'état d'urgence finalement décrété en France, les contrôles nous paraissent dans la pratique assez légers voire ridicules.

 

Un hiver en Europe

Hafida n'en mène pas large et redoute le froid d'un hiver en Europe. Elle ne se doutait pas qu'il fallait en outre supporter de longues journées de grisaille et d'humidité en n'apercevant guère le soleil !

Or, à peine mettons-nous une roue en France que nous subissons une tempête de neige dans les Cévennes ! Sans pneus neige, sans chaines, je n'en mène pas large sur les petites routes de montagne, moi qui ai voulu éviter la circulation abrutissante de l'autoroute du soleil...

Avec le froid, il a fallu sortir sans plus attendre les réserves de vêtements d'hiver que Hafida a tant bien que mal constituées au souk de Taroudant, ce qui était, vous vous en doutez, une véritable gageure. Là, j'ai constaté qu'il manquait des moufles pour Leila, des bottines pour Hicham et que mes souliers d'hiver datant de mon autre vie n'avaient plus de semelles correctes. Quelques jours plus tard déjà, nos amies Brigitte et Dominique, toutes deux mères de familles nombreuses, réussissaient en un tour de main à rhabiller notre petite famille de pied en cap (elles n'en seront jamais trop remerciées) !

Et alors que le thermomètre s'est mis à chuter à des niveaux plus jamais vécus par nous depuis près de dix ans, on a commencé sérieusement à douter quand le chauffage du camping-car a refusé de fonctionner. Jusqu'à ce qu'on comprenne enfin qu'il fallait des bonbonnes de propane et pas de butane pour assurer sa bonne marche !

Puis ne voilà-t-il pas que presque arrivés à bon port en Belgique pour organiser nos premiers repas berbères que Bruxelles se met également sur pied de guerre et que la capitale est quasi à l'arrêt face à une menace terroriste imminente.

 

Deuxième période consécutive de marasme pour le tourisme au Maroc

Il y a maintenant un an, la décapitation en Algérie et les meurtres à Charlie Hebdo ont plongé le tourisme marocain dans une dépression profonde et, pour la première fois, plus durable que les habituels six mois qu'il faut en général pour oublier un évènement tragique.

Puis très récemment, les voyageurs ont commencé à reprendre le chemin du Maroc.

Et paf ! Une nouvelle couche est venue se rajouter, avec les attentats de Saint Denis et les menaces sur Bruxelles.

Certains parmi vous savent faire preuve de discernement, en n'amalgamant pas tous les Arabes, tous les pays musulmans. En se rappelant que le terrorisme ne date pas d'hier et ne sera pas éradiqué demain. En ne se cantonnant pas à une vie sclérosée qui finalement ne met à l'abri de rien : il suffit d'aller prendre un verre à la terrasse du café de telle grand place près de chez vous et ... boom !

Alors que nous avons taché de diversifier nos risques au Maroc en multipliant les sources de revenus dans le tourisme grâce à la cohabitation de nos Terrasses de l'Atlas, de notre Camp Bédouin, de nos circuits 4x4 et de nos treks à pied, nous n'avons évidemment pas pu ou pensé devoir répartir ce risque au-delà du territoire marocain. Et là, on se retrouve confronté de plein fouet au risque « pays », que dis-je, au risque « culture ». Notre démarche d'offrir des repas gastronomiques berbères conviviaux en Europe, qui n'était initialement pas née de cette situation géopolitique catastrophique, s'en retrouve du coup pressentie comme indispensable.

Le prolongement de la crise dans le tourisme au Maroc va en laisser un bon nombre sur le tapis, c'est certain. Le climat d'incertitude est un réel fardeau pour chacun.

 

Alors, quel bilan pour 2015 ?

Les conséquences de la frilosité des voyageurs européens suite aux divers actes de terrorisme ont engendré une baisse du chiffre d'affaires de l'ordre de 50% au niveau du tourisme marocain.

Parallèlement, nous avons dû encaisser, pour ne pas dire décaisser, les conséquences désastreuses des derniers employés que nous avions encore conservés. Perte d'un 4x4, chantage, dénonciation, on a bien dégusté.

Mais la situation est désormais apurée. Seul reste mon beau-frère Morad en charge du Camp Bédouin en notre absence. Aux Terrasses de l'Atlas, nous ne recevons qu'en notre présence, Hafida et moi-même, pour garantir encadrement et qualité. Circuits et treks continuent à être proposés et vendus, en quantité certes nettement moindre, grâce à notre excellente notoriété sur le net, nous permettant de nous montrer plus sélectifs dans nos offres. Allégés désormais de charges importantes et bénéficiant d'un zéro endettement tout comme d'un niveau de vie tout de même aux antipodes de celui qui fut le mien il y a une décennie, nous pouvons encaisser assez sereinement la tempête actuelle. Même si l'horizon reste ma foi bien bouché.

Je ne peux que remercier ma bonne intuition d'avoir initié il y a un an cette démarche européenne de proposer de la gastronomie berbère à domicile, car, comme cela plait beaucoup, nous restons très actifs et parvenons ainsi à nouer les deux bouts. On s'en sort donc de justesse. Pour l'instant...

 

Trekkers, de pères en fils

Fans de Hors Circuit, les trekkers du Tichka d'il y a deux ans Damien et Ivan sont revenus cette fois en force et en famille pour faire vivre à leurs enfants l'expérience de la randonnée dans l'Atlas et surtout l'aventure d'un bivouac sauvage sous tente en montagne.

Bravo à nos jeunes randonneurs en herbe, dont les plus jeunes, à peine âgés de quatre ans, ont montré bien de la persévérance dans l'ascension vers les crêtes en compagnie des ânes et démontré par conséquent que les balades Hors Circuit sont accessibles à tous.

La collecte du bois, le dételage des ânes, l'allumage du feu, l'arrangement des équipements dans les tentes étaient autant de prétextes pour s'ébattre dans la nature, juste avant les traditionnelles photos de famille au coucher du soleil et le barbecue en soirée.

Sur le reste du séjour, dans une ambiance festive et dans une atmosphère d'entente cordiale, les deux familles plus la nôtre vont joyeusement cohabiter et partager un grand nombre d'activités ludiques parmi lesquelles la confection de galettes de pain et la dégustation du couscous avec les mains. Les promenades conjuguées en 4x4, quad et âne feront le bonheur de tous les enfants.

Il est déjà question de revenir encore prochainement, cette fois pour explorer la zone désertique de notre Camp Bédouin.

 

Voyagez Yakago

Cette agence de voyage française dynamique, initialement spécialisée sur l'Asie et désireuse de devenir plus globale, a confié (merci à elle !) à Hors Circuit le soin de proposer une offre de séjours et circuits sur le Maroc. Vous pourrez ainsi consulter trois aventures Hors Circuit fort différentes sur leur site http://www.yakago.voyage : « Trek Tichka 3000 », « Challenge du désert », « Raid 4x4 dans le désert marocain ».

Toujours plus loin

Le retour de ma sœur et de mon frère dans l'Atlas à Afensou et leur plaisir à bivouaquer dans la nature a été l'occasion d'effectuer un nouveau repérage vers des villages d'altitude où il ne passe guère d'autre Européen que moi-même !

Ainsi avec Guy et Hafida avons-nous exploré lors d'une longue journée de randonnée pédestre musclée (cumulant allègrement les mille mètres de dénivelé positif) des sentes de toute beauté passant par le village de Tigfild puis la vallée de Sidi Abdullah U Said. Aux vastes panoramas grâce auxquels le regard peut se perdre à volonté dans le lointain alternent les points de vue impressionnants sur des cultures en terrasse à la balinaise, des aires de battage circulaires en pierre, des villages où le béton n'a même pas encore percé.

La bière fraiche et le bon tajine épicé qui nous attendaient au retour au camp de base avaient également de quoi nous motiver à atteindre notre but !

 

Savourez notre cuisine berbère chez vous, les pieds sous la table !

Au terme de deux différents trimestres en Europe durant lesquels nous avons pu vérifier la pertinence de et l'engouement envers notre offre culinaire à domicile, force est de constater que nous avons là une réelle activité prometteuse capable de nous faire passer le mauvais cap actuel et de promouvoir valablement nos différentes prestations touristiques au Maroc.

Sur un plan plus personnel, nous sommes réellement ravis de pouvoir ainsi renouer des liens avec nos clients, de revoir des gens que nous apprécions beaucoup et de nous oxygéner quelque peu de notre vie en terre africaine.

On l'a déjà dit, les occasions d'organiser un repas de dégustation berbère ne manquent pas. Outre les traditionnelles fêtes d'anniversaire, de communion, de mariage, nous avons pu prester à de nombreuses reprises pour des clubs et associations sportives, amicales ou autres, trop contentes de varier les plaisirs et d'accueillir des gens du cru de leur cuisine !

Si les repas entre amis ou en famille font toujours bonne recette, on est surpris de voir à quel point il est finalement facile de réaliser un repas de midi entre collègues dans la cantine de leur administration ou de leur entreprise et de proposer un buffet à l'occasion d'un séminaire ou d'une réunion de travail.

Réunions d'anciens, fêtes d'entreprise, soirées festives organisées par des commerçants de tous bords, vraiment ce ne sont pas les occasions qui manquent.

Et si parmi vous, il y en a qui ont des contacts privilégiés avec leur comité d'entreprise, n'hésitez pas à faire notre promotion ! Il est certain que notre offre originale et conviviale plait et est recherchée, mais encore faut-il mettre cette offre en contact avec cette demande !

Quoiqu'il en soit, notez bien nos prochaines dates de voyage en Europe : de la mi-juin à la mi-septembre 2016. Vous pouvez déjà réserver les dates de votre choix sans plus attendre !

 

Notre cuisine à l’honneur sur le net

Le site de voyage très actif TripConnexion vient de publier dans sa rubrique ‘Cuisines du monde' un article sur notre nouveau service de gastronomie berbère à domicile en Europe et y présente l'une de nos versions de tajine aux légumes.

Cliquez sur : http://www.tripconnexion.com/voyage-cuisine-maroc .

 

La palme d’or des soirées berbères

On se serait vraiment cru dans un palais de Marrakech il y a cent ans... Ouais, ils ont fait fort ! Et finalement, Hafida et moi étions les seuls à ne pas être déguisés ! Les uns sont arrivés en fanfare au son des tambourins, un autre carrément à dromadaire. La calotte ne manquait pas sur le crâne et les femmes n'auraient pas dépareillé dans un harem (pardon, mesdames !).

La bande à Damien était venue au grand complet savourer nos spécialités berbères, en souvenir à la fois du trek du Tichka d'il y a deux ans et du week-end tout récent de trekking en famille à Afensou.

Les gars, bravo pour la mise en scène ! Enfin, il y a juste eu une seule fausse note : je vous la laisse trouver sur les photos...

 

La vie en Europe en hiver en camping-car !

On craignait le froid et on a eu une sacrée veine avec un record de douceur et de faible enneigement. Ce n'était tout de même pas la dolce vita non plus, nous qui sommes habitués à un soleil chaud en journée l'hiver dans l'Atlas et à la vie en plein air que ce soit dans notre maison berbère ouverte sur l'extérieur ou à notre Camp Bédouin.

C'est probablement davantage la brièveté des journées qui nous a pesé : difficulté à se lever avant l'apparition du soleil alors qu'il est déjà 8H passées et réaction habituelle de souper à la tombée de la nuit alors qu'il n'est encore que 16H30 !

Et curieusement notre principal souci aura été de pouvoir s'approvisionner en eau potable en déplacement, sa mise à disposition en lieu public étant devenue rarissime. On devra trouver des astuces comme les robinets des cimetières, les fontaines de villages de montagne...

La promiscuité à quatre dans cet espace réduit ne s'est avérée pénible qu'à cause du jeune âge de Leila qui, maintenant qu'elle se déplace seule, se retrouve systématiquement dans notre chemin sans comprendre nos invitations à se pousser ! Hicham, quant à lui, a grandement profité de la compagnie des enfants de nos clients, capable qu'il est désormais de se tenir correctement chez autrui et de socialiser rapidement avec des gamins de son âge.

Plus que lors du premier voyage au printemps dernier, nous sommes parvenus à force d'expérience et d'organisation minutieuse à cuisiner intégralement tous les repas dans la minuscule cuisine de notre camping-car, même pour une vingtaine de convives ! Ce qui limite fortement le dérangement chez nos clients et nous permet d'avoir tout sous la main pour travailler. Evidemment, mieux vaut ne pas mettre son nez dans notre véhicule à ce moment-là : les tagines recouvrent tout espace de vie !

Et finalement, l'on s'en est tiré à bon compte au niveau des contrôles de police, suscitant davantage de curiosité que de suspicion. Une patrouille suisse nous a même demandé un prospectus sur nos activités au Maroc !

Notre plus grand plaisir n'aura pas été de visiter quelques coins d'Europe comme Lausanne, la Bretagne ou le plan incliné de Ronquières mais de retrouver d'autres anciens clients quelque peu perdus de vue et de revoir ceux qui nous avaient déjà conviés chez eux au premier trimestre. Car au-delà du repas proprement dit, ce sont aussi les agréables moments partagés autour d'un verre de vin ou d'un thé à la menthe qui marqueront nos différentes étapes gastronomiques.

Les rencontres de Hicham avec Saint Nicolas puis avec Père Noël resteront aussi de grands souvenirs, nous qui n'avons plus vraiment fêté ces évènements en pays berbère depuis une dizaine d'année.

 

Le Camp Bédouin (Sahara côtier)

Avant et après nos voyages en Europe, les activités à notre Camp Bédouin se poursuivent, certes au ralenti au vu de la chute de fréquentation touristique dans le pays. Passages de troupeaux de dromadaires au Camp (quasi plus fréquents que les touristes...), rencontres sympathiques avec nos clients sous le couvert de notre grande tente cérémoniale qui tient lieu de restaurant, encadrement de voyageurs souhaitant découvrir les curiosités de la région à bord d'un de nos 4x4 ou des leurs...

Et durant nos absences, ben la vie au Camp ne s'arrête pas pour autant, sous la férule de mon beau-frère Morad qui gère désormais tout seul le camping comme un grand ! Notre tagine de dromadaire mythique continue à être la vedette et souvent même un objectif de passage au Camp...

 

Les Terrasses de l’Atlas, au ralenti : privilégier la qualité à la quantité

Désormais, notre maison d'hôtes ne fonctionne plus qu'en notre présence, c'est-à-dire en haute saison (période de la Toussaint, période du Carnaval et de Pâques). Pour des séjours en famille ou entre amis avec activités à la carte. Pour des treks organisés sur mesure au départ de notre maison.

Le manque de fiabilité et de pérennité du personnel local, les circonstances économiques difficiles mais aussi le souci de maintenir une qualité d'accueil et d'encadrement élevée nous ont amenés tout naturellement à fonctionner dorénavant de la sorte.

A notre plus grande satisfaction d'ailleurs, puisqu'en dehors de la météo, nous maitrisons dès lors intégralement la gestion des séjours de nos clients.

Le tandem Luc-Hafida fonctionne parfaitement, la complémentarité est totale. Et Hicham ne manque pas une occasion de s'improviser déjà (à 6 ans...) hôte d'accueil pour la visite de la maison ou guide adjoint pour les promenades le long du torrent à travers champs.

 

Les dizaines de métiers requis pour une vie Hors Circuit

A refaire ma scolarité, j'y aurais certes ajouté bien des matières pratiques comme l'électricité, la cuisine, la plomberie, la mécanique... et j'aurais assurément été plus motivé par et assidu aux cours d'allemand et de néerlandais ! J'aurais approfondi mes cours d'espagnol et aurais mieux entretenu ma connaissance du portugais.

La vie dans l'Atlas, loin du voisinage des corps de métier habituels, et encore plus celle au Camp Bédouin où la production d'énergie et l'alimentation en eau requièrent un soin particulier et une maintenance quasi continue, nécessitent une grande débrouillardise tant en électricité, qu'en plomberie, menuiserie, maçonnerie et cie. Dégoûté par l'incompétence et la roublardise locale, j'en suis rapidement venu à travailler en totale autonomie avec mon beau-père Abdullah et mon beau-frère Morad et sans faire appel à des prestataires externes : construction de nouvelles chambres, installation de douches, aménagements de nouveaux sanitaires,... Certaines pannes (de générateur, d'alimentation électrique, de pompe à eau, d'éolienne, de panneaux solaires, de chasses d'eau, etc.) peuvent monopoliser un temps considérable et nous causer bien des soucis pour trouver la solution de réparation adéquate.

Ensuite, il y a bien entendu tout le volet administratif, qui est considérable et certainement celui qui absorbe le plus d'énergie. L'aide toute relative de cabinets comptables ne suffit pas à compenser les défaillances fréquentes de la sécurité sociale, des impôts, des communes, des organes de contrôle touristique. Plus qu'une compétence, il s'agit ici davantage de qualités humaines à développer pour franchir le cap : endurance, persévérance, patience. Toutes des vertus qui ne figuraient pas nécessairement dans mes gênes à la naissance !

Naturellement, la gestion des séjours des clients implique la maitrise ou tout du moins le développement d'une certaine expertise dans des fonctions aussi variées que la cuisine, l'animation, le rôle de chauffeur, celui de guide de randonnée, parfois même l'assistance médicale.

L'existence d'un parc automobile non négligeable (trois 4x4, sans compter le Suzuki qui sert encore à l'approvisionnement en eau potable au Camp Bédouin, un triporteur, un quad, le camping-car...) demande un sacré suivi organisationnel rigoureux pour gérer les renouvellements d'assurance, de vignette, de contrôle technique et surtout les entretiens et réparations. Il faut aussi le cas échéant mettre la main à l'ouvrage quand c'est requis pour faire une vidange, dégager un arbre de transmission défaillant, trouver la cause d'une mauvaise connexion électrique.

Toutes ces activités ne pourraient pas tourner sans assurer un approvisionnement continu et adapté à la fréquentation des différents lieux d'activité. Courses pour le Camp Bédouin, shopping pour les Terrasses de l'Atlas, achats pour les treks en totale autonomie, sans parler de ceux nécessaires pour les circuits 4x4 que je conduis de temps à autre moi-même et qui requièrent souvent la gestion de bivouacs sauvages.

En parallèle à tout cela, de multiples listes d'équipement permettent de suivre l'inventaire du matériel requis pour ces différentes activités. Nombre de tentes requis pour les treks prévus, vaisselle disponible pour nos quatre cuisines (Camp Bédouin, Terrasses de l'Atlas, camping-car et cuisine embarquée en bivouac), bon état de marche des frigos portables, stocks de tagines non fêlés, disponibilité des literies au vu des réservations, ... : il s'agit ici encore de rigueur et surtout pas d'improvisation !

Outre les préparatifs, la maintenance, les réparations, les achats, il ne faut pas oublier non plus le temps imparti non négligeable à tout simplement recevoir nos clients ! Pour les conduire en excursion à bord d'un 4x4, pour arpenter à pied une ligne de crêtes, pour encadrer une activité comme la confection de galettes de pain ou une baignade en eaux vives, pour cuisiner, pour servir, pour tout bêtement faire la vaisselle ou remettre en ordre des chambres !

Rien de tout cela ne serait nécessaire et aucune de ces activités ne serait possible sans les aspects de gestion pure : il faut développer de nouveaux produits pour répondre à la demande de clients récidivistes, animer et mettre à jour les trois sites internet pour les garder bien positionnés sur les moteurs de recherche, rédiger la newsletter pour fidéliser les contacts, démarcher activement la clientèle pour obtenir de nouveaux contrats, répondre en détail aux différentes demandes précises de circuit ou séjour, nouer de nouveaux contacts et partenariats qui impliquent un temps considérable en adaptation des supports marketing, traduire sites et plaquettes en langues étrangères. Il faut également de façon plus générale se montrer ‘patron', en formant, en motivant, en rémunérant, en contrôlant les activités déléguées. Il faut aussi passer un certain temps à suivre le rendement des activités, l'état de la trésorerie, les prévisions budgétaires pour vérifier quelles mesures correctrices ou amélioratrices mettre en œuvre.

Que dire alors du temps qui reste disponible pour assurer la scolarité à domicile de Hicham via les outils du CNED français ? Un véritable gymkhana que mon agenda !

Je retire de toutes ces activités parfois de la frustration quand mes propres limites de compétence sont atteintes alors qu'il faut pourtant bien poursuivre, mais le plus souvent une grande satisfaction quand je parviens à mener tout cela de front avec des moyens somme toute fort limités.

Pas étonnant en définitive que mon job chez Hors Circuit dure maintenant depuis dix ans : en faisant souvent tout ce que j'aime faire, parfois ce que je dois faire, et en ne rendant compte quasiment qu'à mes clients, je prends visiblement mon pied !

Alors à ceux que tenterait une telle aventure professionnelle et humaine, voilà des considérations à bien méditer...

 

Le challenge du Sahara 2016 : appel à participant !

Début mai très probablement, nous proposons de vous joindre à nous pour explorer une partie du Sahara marocain (ancien Sahara espagnol). Il reste quatre places disponibles et aucune aptitude spéciale n'est requise, en-dehors d'une affinité avec le bivouac en pleine nature et de l'envie de jouer le jeu !

Le circuit longe la rivière rouge au départ de Laâyoune et la suit sur près de 250 km jusque la mythique Smara, pour un bain complet dans l'histoire du Sahara marocain, où il est question de grands personnages locaux comme le cheick Ma El Aïnin et Sidi Ahmed el Aroussi, de l'explorateur Camille Douls, de la Légion Etrangère française, des pilotes de l'aérospatiale, de la présence espagnole et de l'Armée de Libération marocaine.

Il ne s'agit pas d'un désert de sable, si ce n'est quelques dunes isolées ça et là. Il ne s'agit pas d'un circuit éculé pour touristes lambda, alors qu'il serait bien miraculeux de croiser un quelconque 4x4. Il ne s'agit pas d'un raid 4x4 où l'on ne ferait que survoler pied au plancher les curiosités du parcours.

C'est avant tout une ambiance spéciale dans un environnement désertique tel qu'on en trouve non loin en Mauritanie. Des acacias exotiques à souhait dispensant une ombre bienvenue, des tourterelles profitant des rares points d'eau, des éboulis dantesques, des falaises spectaculaires, des garas et des rochers dans des lieux mystiques, des villages d'outre-tombe, des tapis de silex, des géodes de quartz, des tumulus funéraires aussi vieux que certaines pyramides égyptiennes et parfois une khaïma attestant d'un peu de vie.

Ce circuit 4x4 avec chauffeur, organisé au départ d'Agadir, s'étale sur une douzaine de jours fin avril - début mai (en principe du dimanche 24 avril au mercredi 4 mai et son prix avoisine les 1300 € selon le nombre de challengers (billet avion Jet Air non compris). Nous formons un petit groupe convivial de maximum 6 à 7 participants et nous encadrons personnellement, Hafida et moi, l'aventure. Attention, il s'agit d'un circuit ‘actif', ponctué d'activités ludiques, sportives et intellectuelles abordables pour tous et adaptées sur mesure aux participants, conçu sous la forme d'un challenge compétitif.

Une autre façon d'aborder le Sahara, en pleine immersion dans la nature et loin des hordes !

Renseignements et inscription à horscircuit@hotmail.com !

 

La perspective 2016

L'année est évidemment très mal engagée. Et l'on peut raisonnablement supposer qu'un nouvel attentat, dieu sait où, prolongera le climat ambiant de méfiance et de repli. Le moindre client devient donc une bénédiction. Il faudra par conséquent rester très pusillanime au niveau des dépenses et des investissements pour tenter de ne pas hypothéquer l'avenir.

L'on cherchera ainsi à continuer à multiplier les fenêtres où apparait le nom Hors Circuit comme prestataire de premier plan an Maroc au niveau du tourisme individuel et sur mesure. Et à joindre de nouvelles cibles en traduisant nos sites en différentes langues étrangères, si du moins nous parvenons à trouver des solutions peu onéreuses pour ce faire.

Il faudra inévitablement continuer à proposer notre offre de repas berbères à domicile en Europe, pour non seulement assurer un complément de moyens d'existence mais surtout promouvoir nos activités marocaines et nuancer cette perception de risque totalement exagéré.

 

Recherchons traducteurs !

Parlez-vous couramment espagnol ou allemand ou néerlandais ?

Nous recherchons des linguistes bénévoles capables de traduire notre site du Camp Bédouin www.camp-bedouin-maroc.com ou notre site des Terrasses de l'Atlas www.terrasses-atlas.com . Nous offrons en échange un séjour de 5 jours pour deux en pension complète (hors billets d'avion) soit à notre maison d'hôtes berbère Les Terrasses de l'Atlas, soit à notre Camp Bédouin.

Des amateurs ?