Vous êtes ici:   Accueil > Notre magazine > Le prix de l’Aventure…...
 
Notre magazine
 
Le prix de l’Aventure…
Numéro 4 - 30 novembre 2006  

Ce nouveau circuit, formule challenge, s'est déroulé comme prévu mi-octobre dans l'Anti-Atlas, essentiellement autour de Tafraoute. Les six participants, âgés de 23 à 55 ans, se sont affrontés dans une série de défis ludiques dans des cadres les plus surprenants et toujours époustouflants.

Le Souffle des Agadirs

Ils ont retenu essentiellement le dépaysement immédiat dans les dunes sur l'Atlantique, les bivouacs dans des lieux reculés d'exception en plein Atlas, sans compter la beauté et la quiétude de notre dernière halte à notre maison berbère d'Afensou. Ont également été primées unanimement la qualité et la diversité des repas. Slurps !

Le Souffle des Agadirs a été noté en moyenne 9/10 par les challengers.

Félicitations à Samuel qui a incontestablement remporté le challenge, sans oublier Lieve, en grande forme, qui l'a talonné jusqu'au dernier jour.

L’envers du décor

L'organisation d'un circuit, a fortiori ‘hors des sentiers battus' et ‘sur mesure', implique cinq phases de travail rarement bien comprises ou correctement imaginées par les participants.

1. L'élaboration. S'agissant de circuits sur mesure, il s'agit à chaque fois de découvrir les attentes de chaque client pour proposer une formule collant pile poil à ses attentes et prenant une longueur d'avance sur toute concurrence. Les produits touristiques vendus au Maroc sont uniformes et visent souvent des groupes conséquents. Ceux proposés par des gérants marocains souffrent systématiquement de faible qualité et de manque d'originalité. Je pense que Hors Circuit porte cette force d'adaptabilité et de recherche d'une qualité élevée.

2. La planification. Vendre un circuit en hôtel demi-pension en bordure de route est une chose ; proposer des bivouacs confortables dans des endroits reculés en est une autre. Le plus gros de notre travail consiste d'une part à repérer des itinéraires inédits et curieux, d'autre part à minutieusement orchestrer votre séjour en vue d'une satisfaction maximale. Une somme de petits détails fera que vous oublierez votre boulot du premier jour au dernier et aurez la sensation de vivre quelque chose d'unique et de différent. Nos prix répercutent évidemment ce travail de l'ombre. Nous ne vendons pas de package standard au plus grand nombre ! Nous proposons des exclusivités...

3. La préparation logistique. Nous nous refusons à servir du poulet au citron comme tous les acteurs locaux. Qualité, diversité, originalité, mais aussi petit confort, adaptation aux spécificités de chaque participant... : tout cela implique une programmation détaillée, un matériel conséquent et des équipements adaptés aux conditions d'isolement et d'éloignement proposées.

4. La gestion du circuit. Le Maroc permet les plus grandes sensations. Mais le caractère aventureux est encore décuplé par les conditions climatiques aléatoires dans ces reliefs diversifiés et par le manque de rigueur des prestataires locaux. A commencer par l'équipe Hors Circuit en soi, qu'il faut constamment pousser vers le haut, à l'encontre de l'attitude habituelle marocaine. Le moindre détail pose un problème, la moindre réparation va poser problème. Il faut continuellement superviser dans les moindres détails et anticiper au maximum à la place des autres.

5. L'après circuit. Rangements, nettoyages, révisions, réparations ne sont pas une moindre affaire ! Quand l'on s'aventure sur des pistes exigeantes et poussiéreuses, tout est soumis à rude épreuve.

Songez notamment à tout cela lorsque vous « comparez » nos prestations à celles d'agences classiques, qui n'ont en fait aucun point commun avec nos activités et spécificités. En tout cas, une fois l'aventure terminée, jamais personne ne trouve le prix payé finalement trop cher. Cqfd, à mon avis !

La propriété d’Afensou : suite du roman policier

Face aux tentatives d'intimidation orchestrées par le vendeur de mon terrain et surtout son escroc de complice, un élu local dangereux, nous avons décidé de jouer la carte de la ruse, une fois de plus. La stratégie retenue est l'isolement de l'ennemi.

L'on essaie de nous faire changer la fosse sceptique de place. Cela vous semble risible, mais vous ne visualisez peut-être pas la nature et la dénivellation du sol à Afensou. En plus de temporiser, nous lançons des actions « coup de cœur » en proposant à l'école de puiser l'eau dans notre château d'eau par exemple. Les élèves n'ont pas l'eau courante et font leurs besoins dans la nature. Tout cela vous semble dérisoire, mais ici, les problèmes sont basiques et vitaux...

Par ailleurs, ce complice fourbe nous avait il y a quelque temps emprunté des planches et des madriers, après nous avoir prêté les siens, sauf qu'il cherchait en fait à se les approprier définitivement (le bois est très cher au Maroc). Les notables du village y voyaient une cause perdue et un improbable retentissant succès si nous récupérions notre matériel. Et bien nous y sommes parvenus, à coups de menaces et d'intox. Une bataille de plus de gagnée, qui a une portée non négligeable, car elle apporte le respect, voire la crainte envers le Français (comme ils disent). Bravo aussi à mon lieutenant Saïd pour sa ténacité et sa perspicacité. L'étape suivante consiste à empêcher cet escroc d'être réélu...

Sang gène !

Mon maçon, employé à plein temps à la maison d'Afensou, me rapporte l'histoire suivante, hilarante et très révélatrice du climat ambiant...

Brahim, le frère du vendeur de la propriété d'Afensou, s'est rendu au mariage de la nièce de notre maçon Abdullah, auquel ont également participé nos « Baladeurs berbères » de septembre. Désormais classé ennemi n°3, notre Brahim est repéré par Abdullah et son frère en train d'emporter un gigot d'agneau entier sous sa djellabah... Le sang ruisselait sous son épaule sans qu'il s'en rende compte !

Plus tard, à l'heure de la prière, des villageois font remarquer à Brahim que sa djellabah est souillée, qu'il ne peut pénétrer ainsi dans la mosquée. Découvrant les traces sanguinolentes, Brahim aurait alors bafouillé avoir les hémorroïdes... Sous l'épaule... Et de s'en aller du lieu saint, couvert et... rouge de honte !

Voilà le genre d'individus auxquels j'ai ici à faire !!!

Une newsletter qui fait des petits…

Merci à Jean-Louis et à Dom qui ont eu le réflexe et l'initiative d'envoyer ce magazine et les coordonnées de Hors Circuit à une kyrielle de leurs connaissances. Le bouche à oreille, encore une fois, reste ma meilleure publicité. Qu'Allah vous le rende au centuple !

Puis un tout grand merci aussi à Didier et Jean-Pierre pour nous avoir aiguillé sur des aides bénévoles à la traduction de notre site internet en anglais. Nous comptons rendre cette version opérationnelle d'ici mai 2007.

Contacts !

Progressivement, des contacts se nouent et des relations d'affaires se tissent. Beaucoup de gérants de maisons d'hôtes ici se rendent compte de la nécessité d'offrir des activités pour attirer, fidéliser et surtout faire séjourner plus longtemps la clientèle à Taroudant.

Personnellement, je reste convaincu de l'avenir de Taroudant comme destination touristique. Idéalement située entre la mer, le Haut Atlas, l'Anti-Atlas et à moins d'une journée de route du désert, la petite Marrakech, comme on la surnomme, a tout pour plaire. Une autoroute déserte la relie à l'aéroport d'Agadir en 45 minutes. Avec aucun engorgement à l'aéroport même, contrairement à Marrakech. Et un climat bien plus clément et stable qu'à Agadir, destination touristique low cost et relativement insipide à mon goût.

Beaucoup d'Européens se lancent à Taroudant dans des maisons d'hôtes mais personne n'a les capacités ni la logistique pour divertir et retenir la clientèle. Hors Circuit a, seule, ces moyens, cela semble aujourd'hui acquis. Nos activités, originales et attirantes, plaisent d'emblée, qu'il s'agisse d'une nuit en bivouac panoramique dans le Haut Atlas, d'une initiation culinaire berbère, d'une folle descente en VTT, de l'animation pour enfants ou de randonnées à couper le souffle (à tous points de vue...).

Sybil, qui ouvre sa maison d'hôtes à Taroudant, l'a bien compris : le partenariat semble inévitable. Michel qui compte aménager des chambres d'hôtes dans sa ferme, aussi : on ne peut être partout à la fois. Chantal, qui ne sait plus quoi proposer à ses hôtes, idem.

Nous étudions également avec Muriel, de Quad Evasion à Agadir, la possibilité d'incorporer Afensou dans un grand circuit quad sud marocain.

Bouche à oreilles

Voilà un bel exemple de bouche à oreilles réussi ! Lucie, qui a participé aux Balades Berbères en septembre, était tellement enchantée de son séjour qu'elle a convaincu sept à huit de ses copines de se lancer dans un circuit rando similaire en février 2007. Et comme il ne peut y avoir de demi-mesure dans mon aventure marocaine, j'ai renoncé sans hésiter à une semaine de ski pour vivre en leur compagnie un autre grand moment dans le Haut Atlas en fin d'hiver. Je me réjouis déjà de profiter du micro climat exceptionnel de cette vallée d'altitude.

La métamorphose

Je me rends compte que progressivement, je me transforme en « tarat » (mot berbère pour ‘chèvre'). Comme j'adore crapahuter sur les crêtes, mes pieds s'habituent aux pierres instables, mes mollets et mon souffle aux ascensions violentes, mes genoux aux descentes raides. Les kilos superflus disparaissent les uns après les autres. Une évolution physique très satisfaisante sur le plan moral...

Donnez-moi une allumette, une brochette de viande, un sac de couchage et une bouteille de vin : je choisis un pic panoramique pour bivouaquer et la paix intérieure s'installe...

Papa ne fait rien !

Cette aventure au Maroc ne vaut professionnellement que si elle est réussie personnellement. La taille critique du nombre de participants à mes circuits en témoigne : je ne cherche pas la quantité, mais la qualité. A tous points de vue...

Une femme et un fils restent en France, alors que je me débats à Taroudant ou arpente le sud marocain... C'est l'envers du décor que je ne peux pas vous cacher. Peut-être un quitte ou double audacieux, car ce genre de relation, pour durer, exige bien des conditions, vous vous en doutez ou le vivez vous-même. En même temps, cela peut créer un lien fort, poussé par l'éloignement et l'absence de rythme « métro-boulot-dodo » avec effet « tue-couple ».

Tout de même, quelle n'a pas été ma surprise quand Rachel m'a rapporté la conversation de notre fils Jordan à sa maîtresse, l'interrogeant sur ma profession. Jordy a répondu que Papa vivait au Maroc et ne faisait rien...

Je ne crois pas blesser quiconque à rapporter cette anecdote, si ce n'est moi-même. Et je vous la raconte, pour mettre en évidence les conséquences inattendues et incontrôlables de ce genre de tournant que l'on prend dans sa vie. Alors que je me bats pour garder une propriété de rêve (aux dires de mes hôtes), que je ne ménage pas ma peine pour développer un concept de voyage visiblement attirant, mon Jordy reste sur la touche, malgré son long séjour estival ici. De vous tous, c'est visiblement mon fils qui comprend le moins mon aventure lointaine... Une faute de parents à réparer sans tarder !

Mais quand je vous vois vous émerveiller devant les panoramas fabuleux que je vous propose, méditer devant l'océan, un cordon de dunes ou une chaîne de crêtes montagneuses, quand je vous vois souffrir pour accéder à pied, à dos de mule ou en 4x4 à un site de pique-nique ou de bivouac inouï, il m'est impossible de regarder en arrière et je ne peux que persévérer dans cette direction.

Alors, c'est entendu, d'ici maximum deux ans, mon équipe locale comportera épisodiquement un assistant de plus, pour partager vos aventures : Jordan ! Quitte à lui filer mon virus... Il y a pire, comme maladie, non ?

Feed-back du dernier circuit l’Appel du Désert

Au moment de terminer ce numéro, nous rentrons à peine de notre dernier circuit d'une semaine dans le désert.

Charlotte et trois copines ont relevé une multitude de nouveaux défis que je leur proposais dans le cadre grandiose de l'Erg Chegaga et des Monts M'Douar. La difficulté résidait principalement dans les différences importantes entre les quatre femmes tant au niveau de leurs aspirations, de leur tempérament et de leurs goûts.

Ce circuit aventure s'est parfaitement déroulé, si l'on omet deux beaux plantages des 4X4 sur la crête d'une dune qui ont nécessité une heure de pelletage en plein cagnard !

On aura tous apprécié les bivouacs d'exception, le charme complet d'Afensou, la nourriture variée et goutue, les conditions climatiques parfaites pour les camps et le désert.

Une aventure notée 9,5/10 en moyenne par les quatre participante. Yes !!!

Comme souvenirs mémorables, on retiendra entre autres :
  - l'ascension exténuante de la Haute Dune par Mallo
  - les plongeons décisifs de Catherine dans la piscine du Palais Salam
  - les jurons de Charlotte dans l'escalade d'une dunette à l'occasion d'un combat contre les Bédouins
  - l'enterrement complet de Anne-Catherine dans le sable et son autre immersion dans un canal d'irrigation

Bravo à Catherine qui a remporté le challenge, au résultat indécis jusqu'au bout. Une victoire sur elle-même probablement, une victoire point barre.

Chacune me semble rentrer chez elle un peu changée : la magie de ces circuits extrêmes semble encore avoir opéré.

Vous l'avez compris, ce challenge en a été un pour moi-même aussi et j'en retire peut-être encore davantage qu'elles : je me suis fait quatre amies ! J'en ressors également encore un peu plus transformé...

Avis aux «challengers victorieux » et aux « grands challengers » !

Novembre 2007 : pour sa 3ème année d'activité (dont la deuxième au Maroc), Hors Circuit va organiser « The Super Challenge », ici au Maroc bien sûr.

Exclusivement réservé aux participants ayant déjà remporté un challenge Hors Circuit et aux « grands challengers », càd ceux qui ont déjà participé à au moins trois challenges et passé une épreuve initiatique.

Vous êtes déjà onze ! Dans la première catégorie, citons Vincent, Dominique, Shane, Rachel, Isabelle, Pierre, Xavier, Renaud, Samuel et Catherine. Dans la seconde, si l'on omet Xavier déjà cité, Paule. A ces noms viendront s'en ajouter d'autres tout au long de l'année 2007...

Fin 2007 : je sais, c'est loin mais déjà concret tout à la fois. De toute façon mieux vaut s'y prendre tôt avec vous... Alors bookez déjà ça dans votre agenda et mettez quelques tunes de côté pour ce méga évènement.

Au programme, une dizaine de jours de ‘surprise totale' (aucun indice ne sera donné sur la nature des activités ni sur les destinations), durant lesquels seront mis en avant non pas votre capacité physique ou votre intelligence, mais votre aptitude à l'adaptation, votre débrouillardise et votre bon sens.

Dépaysement et lavage de cerveau garantis...

Hmmm, alors qui relève ce nouveau défi ???

*
* *

Mes plus profonds et sincères remerciements à :
- ma sœur Paule, en priorité, venue trois fois au Maroc cette année, pour m'épauler, me motiver et me faire y croire : un véritable pilier !
- ma nouvelle amie Charlotte, qui a remis le couvert pour le désert et s'évertue à m'entrouvrir bien des portes
- mes profonds et trop lointains amis Xav, Sophie et Dom, pour leur participation et leur soutien inconditionnel : je vous embrasse
- mes potes Didier et Thierry, sans lesquels aucune dimension entrepreneuriale n'aurait probablement jamais été imaginée
- mes beaux-parents pour leurs efforts de rassemblement et leur confiance et que le Maroc m'a permis désormais de tutoyer (clin d'œil affectueux !)
- et mon regretté Papa, qui m'a dit gravement il y a longtemps que « j'avais de l'or dans les mains » : j'ai mis près de cinq ans à en découvrir la première pépite !

C'est évidemment sans compter chaque destinataire de cette newsletter, qui à un moment donné ou un autre a participé, a envoyé un mot de soutien, a suggéré une idée ou a joué un rôle dans cette évolution humaine.

Hors Circuit devient Hors-Circuits sur le web !

Notre site change de nom, pour en faciliter le référencement sur internet.
Notez donc entre autres le trait d'union et le « s » derrière Hors-Circuits. Il devrait être opérationnel ces jours-ci. Ainsi le nom du site web devient :

www.hors-circuits-maroc.com

Classez-le dans vos favoris et, soyez sympas, dites-le autour de vous !

Ciao,
Luc