Vous êtes ici:   Accueil > Notre magazine > Dernières sensations 2006…...
 
Notre magazine
 
Dernières sensations 2006…
Numéro 5 - 31 décembre 2006  

Ce dernier circuit de quatre jours dans le grand sud marocain, à partir cette fois de Marrakech, a donné l'occasion à nos deux amis anglais Karl et Sarah de s'apercevoir que l'aventure hors des sentiers battus s'accompagne nécessairement d'épreuves inattendues et que le désert saharien réserve bien des difficultés avant de pouvoir l'apprécier.

Compte rendu du circuit « Best of Sahara » en novembre

Un bien long périple pour si peu de jours, requérant pour atteindre l'erg de traverser tout d'abord le prestigieux Haut Atlas enneigé puis l'austère mais superbe Anti-Atlas.

Rencontre avec un berger berbère, douches aux puits dans le désert, balade nocturne sur les hautes dunes, brin de conduite surprenante dans le sable mou, visite de la célèbre kasbah d'Aït Benhaddou et charme de l'hôtel oasien en fin de séjour sont quelques-uns des grands moments du circuit.

Mais qui pouvait prédire la succession de malchances qui se sont abattues sur nous ?

Cela a commencé par un jet de pierre qui a percé le radiateur du Defender juste au début de la longue traversée de la région désertique. Panique ! l'aiguille de température du moteur atteint la zone rouge... On parviendra à colmater tant bien que mal l'orifice avec... de la croûte de fromage Edam ! Mais les arrêts pour remplir le réservoir d'eau deviendront de plus en plus fréquents.

Et puis la grosse averse de la semaine précédente a inondé le Lac Iriki, d'ordinaire à sec, et rendu boueux l'accès aux dunes de l'Erg Chegaga. Nous obligeant à emprunter une piste en bordure de montagne cassante, lente et bien plus longue. Une journée de plus passée entièrement en 4x4, harassante.

L'état de la piste était tel que la fixation de la roue de secours située sur le capot avant va casser net ! Et, je peux vous le dire, c'est assez surprenant de voir le pneu de rechange sauter en l'air devant le pare-brise...

Le principal problème de la pluie dans le désert est qu'elle efface bien des traces et oblige à mille détours pour trouver son chemin. Avec d'importants soucis d'orientation. Le mieux évidemment reste de suivre des traces fraîches, surtout pour la traversée des champs de dunettes. Mais si le 4x4 qui vous précède s'est planté, nous nous plantons aussi ! Et c'est ce qui s'est passé... Déjà éreintés par une journée de conduite éprouvante, nous voici plantés sur la crête d'une dune, le châssis bien ancré. On en a bouffé, du sable, pour nous dégager !

Alors, une fois enfin arrivés au lieu de bivouac sauvage prévu dans l'erg, tout le monde a approuvé la balade à dromadaire pour se changer les idées et un peu profiter du calme de la nature. Tu parles ! Karl est harcelé par les mouches, régulièrement mordillé à la jambe par le camélidé de derrière et la monture de Sarah n'arrête pas de blatérer.

L'avant-dernière journée se présente par contre sous les meilleurs auspices : soleil radieux et traversée de la zone sablonneuse sans encombres jusque le village de Mhamid. Quad et buggy au programme de l'après-midi, super ! Mouais, sauf que Sarah va louper l'ascension d'une dune, tomber de son quad et voir celui-ci basculer par-dessus elle, sans la blesser, miraculeusement. Choquée, elle poursuivra comme passager dans mon buggy. Une demi-heure plus tard, Karl connaîtra le même sort, cette fois dans une descente fort pentue. Ayant perdu le contrôle de son engin, il percute une bute à tamaris, chute et voit son quad se renverser sur lui. Les bosses sablonneuses amortiront le choc, mais Karl restera un bon moment choqué également, incapable d'encore piloter et souffrant de douleurs musculaires.

Sarah m'avouera tout de même qu'il lui arrive dans sa vie tout le temps des incidents...

Globalement, je pense que le circuit leur a malgré tout plu... puisque Karl vient de m'inviter à l'anniversaire de son épouse !!! Et puisque Sarah a noté le circuit 9/10.

Démon de ses nuits

Visite à Afensou de Sibyl, une amie qui ouvre une maison d'hôtes à Taroudant et cherche à proposer des activités et excursions à ses futurs clients. Rien ne se passe jamais comme on le prévoit au Maroc ! Le couscous en tête à tête finira en réception pour huit personnes, avec les voisins, les employés et tutti quanti. Alors pas d'autre choix pour Sibyl que d'utiliser ses mains pour attraper la semoule, confectionner des boulettes et pouvoir manger !

Là, on m'apprend que mon gardien Mafoud se croit possédé. Allons bon ! Ben oui, depuis qu'il a écrasé une fourmi dans ma maison, celle-ci vient la hanter toutes les nuits dans ses rêves qui tournent systématiquement en cauchemars. Il se revoit sans cesse l'écraser... Convaincu d'être ensorcelé, il réclame d'aller voir le fakir !

Le pompon, c'est au pique-nique du lendemain, prévu sur une crête panoramique en face de la maison. Un endroit où l'on s'est déjà rendu à plusieurs reprises. Je conduis la petite expédition, suivi de Sibyl et Hafida, notre jeune cuisinière. Mafoud et l'âne transportant le matériel du déjeuner nature suivent à distance, devant emprunter des sentiers moins escarpés. Et là Mafoud et l'âne disparaissent, alors que nous parvenons, essoufflés, à la cime prévue. Je me lance à grandes enjambées par monts et par vaux à leur recherche ; Hafida doit agiter quant à elle son foulard si elle aperçoit Mafoud. Une heure plus tard, le foulard est agité : je regagne pour la troisième fois la crête, exténué. « Tu as aperçu Mafoud ? » « Ah non, désolé, c'est ma faute... » Je craque...

Ce n'est qu'à mon retour en France que j'apprendrai que Mafoud s'était perdu et enfoncé bien trop loin dans la montagne. Il aurait alors attaché l'âne à un arbre et serait parti à notre recherche tout l'après-midi. Furieux, il serait rentré à la maison en fin de journée, protestant qu'il n'avait rien mangé de toute la journée. Les paniers harnachés sur l'âne regorgeaient pourtant de victuailles...

J'en pleurerais...

Objectif suivant : passer l’hiver !

Décembre... voici le moment venu de regagner enfin la France, après 8 mois de présence ininterrompue au Maroc. Je m'envole d'Agadir non sans angoisse... La bande de filous qui rôde autour de moi va-t-elle en profiter pour s'emparer de force ou par ruse de ma maison berbère ? Car le frère du vendeur s'est encore vanté à la mosquée de bientôt nous jeter hors du village... Vont-ils harceler mon équipe en place alors que je reste impuissant à distance ? Mon lieutenant et ami Saïd ne joue-t-il pas en fait un double jeu ? Certes, mes deux 4x4 et l'appartement avec tout l'équipement sont placés sous clés. Mais au pays du « tout est permis », qu'adviendra-t-il de la maison du Haut Atlas ?

L'autre cause d'angoisse, c'est la solidité de la maison berbère en période hivernale. Tout de même, je vais vivre là ma première absence prolongée. N'oubliez pas que mon « tigmi » (‘maison' en berbère) n'est que pierres et terre et est bâtie sur un terrain archi-pentu : chaque année, les pluies causent dans le village des dégâts considérables et nécessitent des réparations conséquentes. Toits qui percent, infiltrations dans les murs enterrés, coulées de boue, glissements de terrain, lézardes dans les façades, effondrement de morceaux de piste... Il s'agit d'affronter l'hiver ; aussi toute l'équipe est mandatée pour consolider un maximum les infrastructures. Notre maçon Abdullah reste employé à plein temps, Mafoud le gardien doit participer aux efforts d'aménagement et Saïd a la responsabilité de superviser travaux et garantir la sécurité de la maison.
Au-delà de ces inconnues, c'est ma sérénité durant mon hibernation en Europe qui est remise en cause... Comprenez que j'y ai mis toute mon énergie, dans cette maison !

Projet « The Super Challenge 2007 »

Annoncé dans le numéro précédent, le super challenge, qui rassemblera vainqueurs de précédents challenges et challengers confirmés, prend forme progressivement. Il s'intitule désormais « Sur la trace des goumiers ».

Pour tenir compte des premières confirmations reçues, la dizaine de jours sera prévue plutôt en octobre qu'en novembre comme annoncé initialement : a priori du mercredi 3 octobre au samedi 13 octobre, selon les disponibilités des avions.

Un minimum de 6 personnes sera requis. Lieve annonce déjà la couleur : elle viendra et est déterminée à l'emporter ! Shane serait également intéressé : peut-être veut-il démontrer que sa victoire du week-end Détresse d'il y a un an n'était pas le fruit du hasard ?

Le budget à prévoir, hors avion, reste dans l'habituel ordre de grandeur pour le nombre de jours fixé, soit 895 €. Les boissons alcoolisées vous seront fournies à prix coûtant. Le prix comprend notamment un hébergement de 2 nuits successives avec piscine en milieu de séjour et un autre de 2 nuits également en fin de séjour dans un hôtel de grand confort, toujours avec piscine. Est aussi incluse une activité « moteur » d'une demi-journée.

Au programme, une immersion totale dans la nature sauvage et une cascade d'activités ludiques pour se défouler. Lavage de cerveau garanti !

L’Appel du Désert – millésime 2007

Pour ceux qui voudraient se joindre à un groupe et ne peuvent participer au Super Challenge, nous prévoyons d'emblée un autre challenge un peu plus tard dans la saison, en novembre (en fonction des billets d'avion toujours).

Pas de surprise ici sur la destination : direction les dunes du Sahara !

Le prix pour la dizaine de jours se situera entre 900 et 1000 EUR selon les activités retenues et le nombre de challengers (il sera tenu compte des aspirations des participants). Un minimum de 4 concurrents est indispensable. Parlez-en autour de vous !

Les nouvelles intentions de circuit

Félicitations à mon pote Eric qui prévoit déjà maintenant une expédition marocaine... en 2008 ! Au programme : du désert, bien sûr, et un petit séjour en notre maison berbère dans l'Atlas.

Merci aussi à mes beaux-parents et leurs amis, venus randonner en septembre dernier : ils projettent cette fois d'effectuer en octobre prochain un circuit découverte couvrant le Sahara et la Plage Blanche.

Une magie Hors Circuit ?

Décidément, il se passe quelque chose durant tous ces circuits. A fortiori pour les formules « challenge ». Quasi systématiquement, la vie en autarcie, en petit groupe et loin des sentiers battus crée une ambiance forte entre les participants et des liens étroits avec votre organisateur, qui n'est pas qu'un guide mais cherche à assurer au mieux l'animation de votre séjour.

L'impact semble encore plus fort sur le plan individuel : chaque participant, déconnecté de sa réalité quotidienne et plongé dans une aventure unique, mène ou subit une forme d'introspection. Avec le recul, les problèmes de chacun sont mis en exergue, trouvent leur solution ou sont abordés sous un autre angle.

Le choix d'itinéraires inédits, la sélection de lieux de bivouac d'exception, le rythme des activités contribuent tout autant que la beauté des paysages marocains et la grandeur des sites naturels au dépaysement total, à l'oubli de sa vie quotidienne, à l'apaisement.

Il y a manifestement une magie que ces formules Hors Circuit génère. Il y a incontestablement un concept, un produit, bien difficile pourtant à exprimer et à vendre. Bah ! finalement, mieux vaut que ça ne se sache pas trop si on veut préserver la magie encore longtemps, pas vrai ?

Le résultat ? Une intention ferme d'y retourner. De revivre ces émotions fortes. De se retrouver soi-même.

Pourquoi ne m'a-t-on pas dit que ce boulot existait quand j'avais vingt ans, hein ? pourquoi ???

Hors Circuit de retour en Europe ?

Poussé par quelques copains, je réfléchis à la faisabilité de reprendre quelques activités en Europe. Notamment ces fameux week-ends nature ou détresse qui avaient remporté un succès total et ont été à l'origine du lancement de l'activité Hors Circuit actuelle au Maroc.

Ces week-ends requièrent une préparation dingue et nécessiteraient de réinvestir dans un équipement conséquent ici en Europe. Mais ce que l'on en retire, à la fois challengers et organisateur, est tellement énorme que ça me titille...

Bon, gérer à la fois des activités au Maroc et dans nos forêts européennes n'est pas non plus une partie gagnée d'avance. Alors, pourquoi ne pas manifester vos envies et vos attentes ?

A bons entendeurs...

Des circuits sur mesure

Tous nos circuits ne sont pas des challenges, loin de là !
De même, les circuits présentés sur notre site www.hors-circuits-maroc.com ne sont qu'un échantillon de nos possibilités...

Envie de randonner, de pédaler, de faire du quad, de vous initier à la conduite 4x4 dans le sable ?
Envie plutôt de lézarder au soleil et au bord d'une piscine, de visiter kasbahs et agadirs, de voir tout simplement du pays ?
Alors concoctez-vous un petit groupe sympa ou bien venez seul et communiquez-nous vos envies : nous aurons toujours des idées de séjour sur mesure à vous proposer !


* *
*

Dans le prochain numéro, « Nouvelles du pays », « L'eau, enfer et paradis », « L'attrait du désert », « Sensations de retour en Europe », entre autres sujets.

Merci à Richard, le frère de notre challenger Didier, qui progresse à grands pas dans la traduction en anglais de notre site web.

Passez tous de très bons réveillons. Bislama !
Luc