Vous êtes ici:   Accueil > Notre magazine > Bonjour à l’autre continent !...
 
Notre magazine
 
Bonjour à l’autre continent !
Numéro 1 - 15 août 2006  

A vous, ma famille, mes amis et compagnons d'aventure, j'ai eu envie de prolonger un peu la formule de nouvelles que j'envoyais autrefois durant mes périples aux quatre coins du monde. Maintenant que je vis la plus grande partie de l'année au Maroc et que j'en sillonne les moindres pistes, je renoue avec l'aventure et tente même de faire de ma passion une entreprise, un travail. Ce qui, compte tenu des spécificités locales, n'est pas gagné d'avance ! Choc de culture, gouffre entre les mentalités...

Bonjour à l’autre continent !

A vous, ma famille, mes amis et compagnons d'aventure, j'ai eu envie de prolonger un peu la formule de nouvelles que j'envoyais autrefois durant mes périples aux quatre coins du monde. Maintenant que je vis la plus grande partie de l'année au Maroc et que j'en sillonne les moindres pistes, je renoue avec l'aventure et tente même de faire de ma passion une entreprise, un travail. Ce qui, compte tenu des spécificités locales, n'est pas gagné d'avance ! Choc de culture, gouffre entre les mentalités... Chaque jour passé ici apporte son lot de bonnes et mauvaises surprises qu'il faut savoir accueillir et gérer.

Alors pour d'une part sortir de mon isolement et d'autre part vous apporter un peu d'exotisme, j'ai décidé de vous envoyer à nouveau de mes nouvelles. Avec chacun d'entre vous, j'ai partagé à un moment ou un autre une aventure. Pourquoi ne pas poursuivre ?

Cela fait des mois qu'il n'a pas plu ici et la plupart des propriétaires terriens sont amenés à creuser leurs puits plus profondément. Des récoltes entières de courgettes par exemple ont été brûlées par le soleil. Pour ne rien arranger, j'apprends que, contrairement à l'année dernière, la récolte 2006 d'olives sera désastreuse, les fleurs étant tombées prématurément lors des vents importants qui ont soufflé en début d'année : le prix de ces fruits augmente déjà fortement.
Les températures caniculaires de juillet et début août se sont un peu atténuées et les nuits sont maintenant respirables ; mais bon, le soleil cogne toujours autant en journée.

Après Rachel, c'est Jordan qui a regagné la France pour me laisser à nouveau seul sur la région de Taroudant. Comme j'ai mille choses à faire et cent problèmes à régler, je n'ai pas le temps de m'apitoyer. En ligne de mire, les trois circuits planifiés en septembre et octobre qu'il me faut préparer dans leurs moindres détails et les travaux à la maison d'Afensou à terminer.

En parlant d'Afensou, tiens, en revenant de la maison berbère dimanche soir, je me suis pris un âne sur la piste ! Plus exactement, en croisant la monture, celle-ci, effrayée, a rué et a planté son sabot dans une portière ! Bilan : une poignée arrachée et quelques bosses. Un incident bien d'ici...

Et puis ça y est : nous avons un nouveau gardien pour la maison à la montagne. Il s'appelle Mafoud. Me parait sérieux et prometteur. Il ne loupe pas une des cinq prières quotidiennes, ce qui ne veut évidemment rien dire quant à son honnêteté. Sa première question en arrivant sur les lieux a d'ailleurs été de savoir où est l'Est !

Dimanche, nous avons pique-niqué en bas de la maison au bord de l'assif (oued en berbère), les pieds dans l'eau. Tajine, bien sûr !

L'importation du Defender 130 est quasi terminée, au terme d'une épopée administrative, comme il se doit. On attend la carte grise définitive et les plaques marocaines.

Le moteur du 110 a été déposé et remis à neuf, ainsi que l'embrayage. Rodage en cours... Pour me faire plaisir, mon lieutenant Saïd a lavé tous les sièges intérieurs... au karcher. Résultat : je me suis présenté chez mon dentiste à Agadir le cul trempé, tachant de plus belle son siège d'opérations.

Le site internet est à présent terminé : parlez-en autour de vous !
Jetez un œil sur www. aventureshorscircuit.com , d'accord ?
Le bouche à oreille reste ma meilleure publicité...
Ou si vous pensez que des connaissances à vous seraient heureuses de recevoir ce magazine par email, faites-le moi savoir.
Bien sûr, ce premier numéro est encore bien primitif : il évoluera avec le temps et vos remarques.

Cela fait maintenant deux ans que nous sommes rentrés de notre grand voyage dans le Grand Nord, l'Afrique de l'Ouest et en Polynésie. Et ça parait une éternité. Une autre vie, presque.
Cela fait également exactement un an que nous découvrions Taroudant et envisagions une acquisition immobilière et des circuits au Maroc.
Neuf mois que j'ai commencé l'installation et le lancement du projet.

Voilà où nous en sommes.
La société est constituée, un deuxième 4x4 acheté avec une licence de transport touristique et le premier 4x4 importé.
Une équipe est en place, le site internet est opérationnel, l'offre de circuits a été définie et les premiers repérages nécessaires effectués sur le terrain.
Je dispose désormais d'un appartement dans le centre de Taroudant, avec deux grands garages et d'une maison berbère traditionnelle à Afensou dans le Haut Atlas. Pour cette dernière, l'eau courante (froide et chaude) a été installée, avec deux douches, un hammam, trois WC, tout en conservant l'aspect typique des lieux.
Voilà le chemin parcouru.
Pour cette première année d'installation, il reste à régler des problèmes administratifs liés à la propriété du terrain d'Afensou et à développer la commercialisation de l'offre de circuits.

Le circuit d'avril intitulé L'Appel du Désert a été un réel succès et laissera à tous des souvenirs impérissables et intenses.

J'ai ensuite effectué divers repérages et ainsi découvert des régions fabuleuses pour de nouveaux circuits aventure de toute beauté. Citons l'exemple de la Plage Blanche située sur l'Atlantique à hauteur de Guelmin :

Contre toute attente et grâce au dynamisme de certains d'entre vous, des circuits ont pu être encore programmés cette année, en septembre et octobre :

Balades Berbères, dans le Haut Atlas : le papa et la maman de Rachel viennent randonner avec quatre de leurs amis pendant une semaine en pays berbère profond et profiter de la quiétude de notre maison

Le Souffle des Agadirs, dans l'Anti-Atlas : ma sœur Paule, son amie Lieve et quatre nouveaux challengers se lancent dans ce nouveau challenge concocté sur mesure, qui se déroulera pendant une dizaine de jours dans la région de Tafraoute et sur la côte atlantique

L'Appel du Désert, dans l'Erg Chegaga : Charlotte remet le couvert avec cette fois trois de ses copines pour une nouvelle version de ce challenge aux portes du Sahara

Grâce aux nombreuses visites de la famille et d'amis, aux circuits réalisés et à la collaboration de mon équipe marocaine, je ne me suis jamais senti vraiment seul ou paumé. Par contre les tracasseries administratives et les comportements locaux ont fortement érodé ma patience et m'ont souvent usé jusqu'à un stade avancé. Curieusement, à aucune reprise, je n'ai eu envie de laisser tomber les bras et au contraire les épreuves m'ont endurci. Je crois dur comme fer en ce que je fais, c'est ce qui compte.

Mon éloignement en général, mes préoccupations, mon travail, mais aussi mon lieu d'habitation reculé (pas de téléphone) ou mes repérages et circuits hors des sentiers battus m'empêchent souvent de me tenir informé de l'actualité. J'apprends par exemple les attentats avec une à deux semaines de retard ou pas du tout. Et évidemment, tout a une autre importance vu d'ici. La vie est du coup fort différente.

Voilà ce que j'avais à vous dire pour ce premier compte rendu.

Salut voire bises à tous et à bientôt,
Luc